Chantal Porras

Disponible à la galerie

Cliquez sur l’image des oeuvres pour zoomer 👁️‍🗨️

Ibis

Bronze

32 x 18 x 11 cm

8 ex + 4 EA

Girafon

Bronze

43 x 16 x 8 cm

8 ex + 4 EA

Colibri

Bronze

37 x 22 x 8 cm

8 ex + 4 EA

BIOGRAPHIE

Enfant je me suis toujours demandée si je ne m’étais pas trompée de famille. Mon intérêt pour la sculpture et le dessin s’est présenté dès mes premières années, je dessinais sur tout ce que je trouvais et je sculptais dans des bois flottés ou des écorces de pin (il y en avait beaucoup dans l’ile d’Oléron) à l’aide de l’opinel que j’avais emprunté à mon père. Mais dans une famille de viticulteurs l´art n’avait pas sa place. Les seules valeurs importantes à leurs yeux étaient le travail de la terre. Quelque part en modelant l’argile j’ai respecté ce choix. Je me souviens de ma première sculpture c’était un petit cœur sculpté dans le bois que j’avais offert à un petit garçon dont j’étais amoureuse, je devais avoir huit ans. J’ai découvert l’argile en classe de CE2 dans un atelier organisé par l’école, quelle ne fut pas la surprise de mes enseignants de voir que j’étais enfin douée pour quelque chose.

J’ai quitté la maison familiale très jeune sans formation. Ras le bol de travailler dans les vignes et de faire les fagots de sarments l’hiver. Après quelques années de vagabondage je me suis installée à Nîmes. Un clin d’oeil du destin a voulu que je sois à deux pas de l’école des Beaux-Arts. Je me suis inscrite et j’ai suivi les cours de dessin de Jean Azémard et de sculpture avec Tjeerd Alkéma, il m’a fait découvrir le travail en plans. Moi qui m’efforçais toujours de faire le plus ressemblant possible il me disait : « arrête de faire des Barbies, le problème n’est pas là! » et il sectionnait à l’aide de son couteau, le nez ou l’oreille que je venais de passer deux heures à faire.

Ma vie de famille m’a obligée à m’éloigner pour un temps de mon désir d’art. J’ai repris il y a une dizaine d’années dans l’atelier de Jean-Jacques Darbeau. Aujourd’hui j’ai aménagé mon temps de travail afin de pouvoir sculpter plus souvent. J’ai installé un atelier à mon domicile et je travaille régulièrement. Ma palette de travail est assez large, portrait, corps figuratif ou en plan et un bestiaire.

Dans mon travail en plan, je recherche les lignes qui me permettent de ressentir la puissance et les tensions, en opposition avec le travail plus académique que je pratique en parallèle, dans le souci du détail et la subtilité des émotions, ces deux techniques me permettent de ne pas m’enfermer dans des habitudes et une certaine routine, et m’autorisent la liberté de création. 

Chantal Porras.

Chantal Porras

Plus d’infos sur cet artiste ?